o

SOMMAIRE DE LA CAUDRIOLE N°30

 

21 22 23 24 25 26 27 28 29 30   suivant

 

Janvier–Février–Mars-Avril 2010

 

Illustration BD   page 2

Patrick MERIC

JEUNES

 

Je vis   page 3   

Fanny LAFORCE

La ronde des prénoms   page 3

Les enfants du mercredi

Maman, papa   page 4

Jennyfer POULAIN

HUMOUR ET PATOIS

 

 Quind in n' sait pos page 5

R.B

Enfer ou paradis  page 6

Hector MELON D’AUBIER

Mots-valises  page 7

Jean-François SAUTIERE

La mort du Galibot page 8

Maxime   page 8

Achille SALETZKI

Manu GODI

Lé malhéreux jadis page 9-10

Jean Charles de BEAUMONT

La gazette d'Emma page 11

M.A LABBE

POESIE ADULTE

 

L'amour est une grande patinoire page 12

Petite Note   page 12

Margot WATREMEZ

CLARISSE

Hiver page 13

Jacques MACHU

Le parchemin  page 14

LUCIOLLE

Fuir d'amour  page 14

Stéphanie BONNEVILLE

Les roses  page 15

Stéphane PRINCE

Quand la fin de la vie  page 16

André NOIRET

Le grelot page 17

Yann VILLIERS

St Jean de la Chaine page 18

Brigitte CAPLIEZ

Mars 2007 page 18

HERTIA MAY

Je te salue, Reine de la nuit page 19

Muriel DUFETEL

Petit Lukas  page 20

Georges RATEL

Maman page 20

Jeanne FOURMAUX

Conte de Noël page 21

Ce que j’offrirais   page 21

Gaston GREUEZ

Anthony CANONNE

La farandole du temps  page 22

Véronique ROBERT

J'y repense page 22

Christelle LESOURD

Sieste tourmentée  page 23

Francis LESAGE

Il pleut Merci  page 24

Thérèse LEROY

Rose d'acier page 25

SAINT-HESBAYE

Avril capricieux page 25

Une histoire de choeur page 26

Marcelle LEMAIRE-DOISE

Geneviève BAILLY

Sans Titre   page 26

Sonnet  page 27

Caroline LALISSE

Olivier CATIEAU

Devant l'horreur page 27

Jean-Luc EVENS

NOUVELLE

 

Un choix difficile  page 28-29

Denise DUONG

Le petit Noël du bataillon (à suivre) page 30-31

Gilbert BASQUIN

Infos et abonnement

 

Avis de concours   page 32

RETOUR MENU

Editions littéraires

 

*  Retrouvez l’auteur dans la revue littéraire.

 

 

 

Toute l’Équipe de votre revue vous souhaite une Bonne et Heureuse Année 2010

 

 

 

 

 

texte  1

Je vis

 

 

 

 

Haut

 

On n’a qu’une vie,

                            On n’a qu’un cœur,

                            On n’a qu’un cerveau.

                            Pourquoi ?!

 

                                               On n’a que deux yeux,

                                               On n’a qu’une bouche,

                                               On n’a qu’un nez.

                                               Pourquoi ? !

 

                            On n’a que deux poumons,

                            On n’a que deux oreilles,

                            On n’a que deux mains.

                            Pourquoi ?!

 

         Parce que tout le monde est comme toi…

 

Fanny Laforce,

12 ans - Honnechy

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Texte 2

 

La ronde des prénoms

 

 

 

 

Haut

 

 

Perrine est une coquine

qui dessine de la farine

 

Charles a du charme quand il parle,

il carrelle

 

Quentin est un lutin,

il aime tintin et les lapins

 

Mathieu est amoureux d'une fille

aux yeux bleus il est heureux

 

Gwendoline câline sa lapine,

c'est sa copine

 

Dylan est en panne

avec son âne,

il crâne

 

réalisé par les enfants de C.E.1 des ateliers informatique de la maison des associations.

 

 


 

 

 

 

texte 3

 

Maman, papa

 

 

Haut

 

Une maman c’est important

Elle nous porte pendant 9 mois

Et un jour on s’en va.

Tu nous as appris la vie

C’est grâce à toi que l’on sourit.

De toutes les mamans tu es la meilleure

Et je te garderai dans mon cœur.

 

Un papa c’est aussi important

C’est quelqu’un que l’on aime tant

Il résout les problèmes, raconte des histoires.

Quand nous sommes tristes, il l’est aussi.

Je t’admire et t’aime énormément.

 

Jennyfer Poulain


 

 

 

 

 

texte 4

 

Quind in n'sait pos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

Si ça n’vos déringe pos, j’vas vos in saquer inne, in patois… inne tiote.

 

Ya inne coup’ d’jours, p’têt’ inne s’monne, j’ai intindu au poste (Frince-Infos) qu’pou l’hiver qui viet, tout’s les fimmes, pou ête à l’ mod’, al vont infiler des bott’ ed péqueux, et bin sûr… pou l’zés moutrer, mette des tiots cotrons… comme au mi-timps d’ l’zinnées soissante ; vos vos souvenez sûr’mint de Brigitte Bardot.

 

Ca m’rappell’ inne saquo : dins ces innées là, iaveut au Lycée Paul Duez, à Cimbrai, inne jonne prof’ d’inglais, toudis bin agonnée, al mod’ du momint : bottes ed péqueux et tiot cotron.

 

In bé jour, alorss qu’elle éteut in tron d’ fair’ cours, v’là ti pos qu’in buque à l’ port’ de s’class’ : al ouvère : c’éteut in inspecteur !!! Dins c’ timps-là (c’éteut avin 68…) les profs’ i n’éteutent pos prév’nus à l’avince, d’leu passach’.

 

Bo ! L’inspecteur y va s’assir au fond d’el class’, d’sus l’ seul’ caïère incor’ libr’, à côté d’Toto… pos bin lon… du radiateur !

 

L’ prof, al comminch’ à écrire, inne phrass’ d’inglais, au mitin du tableu (noir à l’épeuque)… J’ deus vos préciser, qu’al éteut putôt bélotte, mais vraimin pos bin grinde : à ponne in mette quarinte-chonque… tout in heut d’sé talons !

 

L’inspecteur il y dit :

« Mademoiselle, au fond de la classe, on ne voit pas bien, pouvez-vous, s’il vous plait, écrire tout en haut du tableau ? »

 

Al n’ peut pos r’fuser ça à l’inspecteur : al s’met d’sus l’point’ d’ ses piés, al allong’ sin bras dreut, pou écrir’ vraimint l’ pu heut possib’… Bin sûr, sin tiot cotron y r’mont’ !

 

L’ phrass’ écrite, al’ d’mand’ à l’ s’élèv’s :

« Qui c'est qui peut m’ donner l’ traductian ? »

Y’ n’ d’a pos un seul qui boug’, mimme l’ meilleu d’l’ class’, i sont tertous sésis pas l’ présinc’ d’ l’inspecteur… Alors, Toto (cé bin l’ primmièr cop) y lèv’ sin deugt… no tiot’ prof al fait sinnin de n’ pos l’vir… d’ tout’ façon i n’ sait jommais rin… mais l’inspecteur, y dit :

« Mademoiselle, Toto veut répondre ».

Al s’attind au pire… mais al est bin obligée d’ l’interroger !

 

« Toto, j’accout’ ed’ traductian » qu’al y dit…

Tout fier d’ête, pou inne feu, l’seul à voloir répond’, Toto y s’lèv’ de s’caïère, appoie ses deux mons d’sus s’tabl’ et d’inne voe bin asseurée, y dit :

« Bin mamsell’, ça veut dire : oh ! Le joli p’tit cul » !

 

L’ prof, al d’vient roug’ comm’ inne pivoin’,  al suffeuque… et al finit pas y dir’ :

« T’es un malapris…, commint qu’t'as été él’vé… dû qu’ t’as été él’vé… teu s’ra puni ! »

 

Alorss l’ pauv’ Toto, complètemint défoutu, i s’ertourn’ d’sus l’inspecteur et il y dit :

« QUIND IN N’ SAIT POS… eh bin… IN N’ SOUFFL’ POS… »

 

R.B

 

 

 

 

 

 

 

texte 5

 

Mots-valises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                          

 

 

 

Jean-François Sautière

 

 

 

 

 

 

texte 6

La mort du galibot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

(AUTHENTIQUE)

 

Au fond lfoss, dins lnuit profonte,

Samuel Merlin mène un treuil,

Un treuil dangereux : ltreuil Lecomte.

Lpostdémande ed ladresse et dlœil.

 

Pieds décaux, nu squin bas dléchine,

Lgamin chamaille avec ardeur ;

I va comme unnpétitmachine,

Sans prindre el temps dfrotter ssueur.

 

Au pied du treuil in sprécipite

Pou tâcher dfairmanquer in haut ;

Mais not bravgalibot va vite,

Il est toudis prêt quand i faut.

 

In vient dsonner hu. Su lgrandpinte

Merlin imballsin train dcarbon.

Mais, i pousse un cri dépouvinte :

Les balls, décrochés, partnt au fond.

 

Trois balls au fond !... Lgamin à lpresse

Au fond snichsest rinfrogné.

Päs ddanger pour li sil y resse :

I nsra pas même égratigné.

 

Seulmint, au pied chtunne aute affaire :

Si les ptits nsont point avertis

I peuttent dire à rvoir à leu mère :

I sont certains dêtrraplatis.

 

Car, au lieu dêtrdins leu cabaine,

Les deux imprudents sont dzous ltreuil.

Pas drécapp. Cor deux sconds à peine,

Et in peut qumander leu cercueil.

 

Mais, Samuel a dviné ldrame,

Et, subtil comme un écureuil,

Il a quitté stro, lœil in flamme,

Et sest précipité dins ltreuil.

 

Oubliant ldanger su sproprtiête

Pou vir ses ptits frèrs préservés,

I crie, i fait marcher lsonnette

Les deux décrocheux sont sauvés.

 

Mais, hélas : atteint dun cop dcorte,

Samuel tombe. Et lsurlindmain

Lange ed la Mort buquot à sporte,

Apportant lprix sdévoûmint.

 

Dors in paix, infant héroïque,

Dors in paix au fond du tombeau,

Dors in paix dins lcimtière antique

In acoutant canter losiau.

 

Dors ! nconnaîtras point la gloire ;

Dors bin ! Bétôt in toubliera.

Tnaras pas tin nom dins lHistoire,

In lettrs dor, comme Joseph Bara ;

 

Tnaras ni colonnni statue

Pou perpétuer tin souvnir ;

Tnom ndéviendra point lnom dunnrue

Pou servir deximpe à lavnir.

 

Mais, dors, galibot ! Dors tranquille !

Dors sans rgrets dins tin cercueil noir !

Y-a su tfront unne étoilqui brille,

Car tes mort in faisant tdévoir !

Achille Saletzki

 

 

 

 

 

texte 7

 

Maxime

 

Haut

 

Quand l'amour s'envole

L'esprit s'affole

Mais reste la picole

 

Manu Godi

 

 

 

texte 8

 

"Lé malhéreux jadis"

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

EL PATOIS DINCHY-BEAUMONT

 

Sitôt rintré din lmason i va tout dsuite

Drot à chcuré « Meussieur » qui dit « Venez

A no mason intinne des choses curieuses,

Que vous navez jamais intindu dpareilles.

Mettez vos nétole à votre cou. »

Ech curé il y dit « Tes tout à fait fou

Ed vouloir à chtheure-chi dmintriner dehors ;

Ej su à pieds décueux ; jene peux mi y aller. »

Ech tiot i li répond tout dsuite :

« Si fait, venez, jvous porterai ».

Ech curé i print snétole, i monte

Sin in parole sus chdos dech tiot

Qui rprint sin qumin de smason.

Comme y a voulu prinne el raccourci

Y a décundu tout drot chsentier

Par du quy étot dévalé comme

Cheux qui cherchote leur vie.

Et cheti qui étot in route à coper les choux

Il a vu quétcosse ed blanc dessus lcuré,

Il a cru quchétot sin frère,

Qui rapporteu cheu quil avot volé.

Y li a demandé fin contint « Rapportes-tu quète cosse ? »

« Par ma foi oai » qui répond chtiot,

Qui crayot quchétot sin père, qui vénot di parler.

« Dépèche-te », qui li dit « del jeter à terre

Min couteu y est bin ramouleu

Jel lai fait arpasser hier à lforche,

Eje li coperai sin cou. »

Quint ech curé il la eu intindu,

Il a cru quil étot refroidi.

Il a sauté à terre dech dos dech tiot,

Pi y sest sauvé tout dsuite épouvanté,

Seulemint sin surplis y sest ahoqué

 

A un piquet, duquy a resté accroché

Parce quechcuré, y na pas oseu rtourner

Pour el débloquer dech piqué.

Et chti qui copot des choux

Y a été tout aussi épouvanté

Quech ti qui sauvot par peur edli ;

Y nsavot pos quoq sa vouleu dire,

Pourtant il a été querre echqui voyeu

Dblanc qui pindeu à che piquet,

Y a senti céteu in surplis.

A chmoment là, sin frère y a sorti

Del bergerie aveuc in mouton ;

Il a appelé leute frère qui

Aveu sin so plein dchoux, ils avotent

Tous les deux leurs épaules bin cairquées.

Y nont pos fait pu long conte

Y se sont rnnaleus devaint

Leu mason qui néteu pos loin.

Lin leute ont montré che qui rapporteu,

Cheu quil aveu pris ech surplis ;

Y sont mis à ségosiller pi à rire ed bon couair

Pace quà chmoment y poveut rire

Putôt quedvant qui naveut pos lcouair.

In peu dtimps, el bon diu fait dlouvrache ;

Pu din qui rit au matin qui brait au soir.

Et pi pu din y la del tête-rompue au soir,

Quil est joyeux, pi gai au matin.

 

Jean-Charles Jacquemin

Alias Jean-Charles de Beaumont

 

 

 

texte 9

 

La Gazette d’EMMA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

 

                                                                                                                      COMME     ---

 

                                                                                              Céréale

                                                                                                                    C'est aussi de l'oseille

                                               A                                                             C'est aussi du trèfle

 

                                                                                                                      (réponse au prochain numéro)

                                                          

                                                                                                          Réponse du dernier numéro : âge

 

 

Zone de Texte: L'Escaut quelques mètres après sa source

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

texte 10

 

Lamour est une grande patinoire.

tout le monde se casse la gueule

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

Cest fou comme le temps passe vite,

Comme chacun change,

Comme les rapports entre les personnes peuvent changer avec le temps.

Parfois, on aimerait bien refaire un bond de dix ans en arrière.

On était heureux avec pas grand-chose,

On samusait, on se fichait de tout,

On se fichait de tomber,

On se fichait de savoir ce quon ferait plus tard,

On ne savait pas ce que cest de douter sur soi-même,

On nétait pas méchant avec les autres parce quon était des enfants,

On nous faisait croire à des conneries,

Mais quest-ce quune enfance sans croire au Père Noël ?

On regardait des Disney à longueur de temps,

On avait le rêve de devenir comme Cendrillon.

La joie ne se mesurait pas.

Après un court instant,

Cest que tout commence et viennent les problèmes

Avant, les petites filles aiment les poupées.

Les petits garçons aiment les soldats.

Après, les grandes filles aiment les soldats,

Les grands garçons aiment les poupées

Le temps passe.

Et chaque fois il laisse ses traces

Et rien ne lefface.

Le passé nous hante,

Lavenir nous tourmente,

Le présent nous échappe.

Margot W.

 

 

 

 

texte 11

 

Petite  Note

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

Cette note frénétique

Qui résonne électrique

Elle m'emprisonne

Je l'écoute et je frissonne

Elle rythme ma vie

Do, ré, mi, fa, sol, si

 

Voici la douce mélodie

Qui me parle et me sourit

Petite note minuscule

Deux mesures qui se bousculent

Une blanche, une noire

et puis une croche

mon rêve s'y accroche

 

note reflétant l'espoir

un peu de m

usique ce soir

petite blanche à la lueur

fait, fait danser mon cœur

CLARISSE

 

 

 

 

texte 12

 

HIVER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

 

 

 

 

texte 13

 

Le Parchemin

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

Au bord de leau

Jai trouvé un sac à dos

Jy ai glissé la main

Et jai trouvé un parchemin

 

Jai escalader une montagne rocheuse

Traverser une forêt ennuyeuse

Une rivière boueuse

Et une île merveilleuse

 

Jai suivre un alligator

Pour traverser un lac dor

Jai ouvert un coffre fort

Et dedans il y avait mon trésor

 

Mon trésor cétait toi

Et depuis ce jour-là

Je ne pense plus quà toi

LUCIOLLE

 

 

 

 

texte 14

 

Fuir damour

 

 

 

 

 

Haut

 

 

Je taime mais je te fuis,

Entre le jour et la nuit,

Beaucoup trop de différences,

Ta présence ou ton absence.

 

Maintenant jai peur daimer,

Sans que lamour soit vraiment,

Toi que jaime et que je fuis,

La douleur toujours me prend.

 

Le mal finit par senfuir,

Mais je ne fuis pas un mal,

Ce qui pour moi est lamour,

Cest à le fuir que jai mal.

 

Jaimerais pouvoir toffrir

Tous les bonheurs, tous les rêves,

Puis en retour tout lamour,

Impossible à définir.

 

Mais je nen ai pas le droit,

Même quand mon cœur se noie,

Mes larmes viennent sourire,

Je taime trop, à te fuir !

 

Stéphanie Bonneville

 

 

 

 


texte 15

 

Les roses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

 

Ah ! Ces roses,

Que lon dit roses !

Elles peuvent être comme une page :

Blanches !

Ou pour un autre âge,

Parfois jaunes,

Cela dépend de lusage !

Ou bien rouges,

Lorsque lon se dit sage !

Oui ces roses

Soignent bien des ecchymoses !

Rose rose,

Pour cette prose.

Pourpre,

Pour un visage pourpre !

Quelque soit la couleur,

Elles viennent du cœur.

Couvertes dépines !

Pour des mœurs alpines

Ou dautres origines

Sanguines.

Munies de pétales

Qui souvent étalent

Des dédales,

Sans faire de scandales.

Roses offertes !

Sans fracas, ni pertes.

Apportez le bonheur

Et non la rancœur.

Sous-louez la bonne humeur !

Aux gens sans cœur.

Rose pour toujours !

Rose dun jour !

Synonyme damour.

Ha ! Ces roses !

Elles signifient beaucoup de choses.

Parfois se dire : lon ose !

Sans avoir les joues plus que roses !

Ah ! Lexistence ! Un bouquet de roses

Se retrouve devant une porte close.

 

 

Souhaitant une meilleure osmose :

Que celle-ci redevienne rose !

Et pour cause,

Nattendez pas larthrose !

Vivez pour une bonne cause ! La vie est une rose

Qui seffeuille, quand lamour explose

Votre cœur implose !

Quand un différend simpose

Les sentiments sexposent.

Aussi, à des jours moroses

Ne la jouez pas sinistrose.

Ne vous affublez pas dune cirrhose !

Mettez-y du saccharose

Nen faites pas une overdose !

Lon est si peu de chose !

Iris, pensée, œillet, rose,

Quelque soit la fleur que lon vous propose,

Que devant vous lon dépose,

Prenez-la ! Quelle quen soit la cause !

La destinée nest pas toujours rose,

Prenez-la sans névrose.

Comme la fleur est éclose,

Comme la méno ou landropause,

Accordez-vous une pause !

Lhistoire manquerait de rose,

Sil ny avait pas toutes ces petites choses.

Pluviôse, Ventôse,

Oui, tous ces mois en oses,

Qui nous gâchent tant de choses.

Ne laissez pas la porte de votre cœur, close !

Osez vivre autre chose !

Oh ! Rose !

Quand tu oses,

La vie devient un état de chose.

Quà des pieds, lon te dépose !

Ou, en un cœur, on te dispose !

 

Stéphane Prince

 

 

 

 

texte 16

 

Quand la fin de la vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

A grands pas nous arrive

 

Quand la fin de la vie à grands pas nous arrive

Nous faisant retourner évoquant le passé

En cet automne qui, annonçant froid et bise,

Nous rend mélancoliques, aux lueurs abaissées

Et puis énumérant toutes nos découvertes

En savourant dailleurs tous nos beaux souvenirs

Autant encore une fois nous pourrions, oui peut-être,

Ce tendre verbe « Aimer » le faire retentir.

 

Sur le bord du jardin sur ces chaises bancales

Qui nous supportent bien mais pour combien de temps

Ces oiseaux de passages nous regardent et détalent

Préférant leurs destins et nous laissant tremblants

Nous ressassons sans fin tous nos moments de fêtes

De nos jeunes années de nos deux tout petits

Sur le bord du jardin sur ce vieux banc de hêtre

Se tenant par la main en cette fin de vie.

 

Ne voulant voir les rides entre nos vieux visages

En voulant conserver ce quil y a de mieux

De leurs belles jeunesses nous garderons limage

Dans nos cœurs à jamais en souvenirs radieux

De laube du Printemps aux tristes soirs dhiver

Sécoulent doucement en toute poésie ;

Des premières rosées aux meilleures Primevères

Des derniers Chrysanthèmes nous sommes réunis.

 

Les mots se sont chargés de toute notre tendresse

Lamour est un poème, quon chante doucement

Lardeur et la passion, lélan de notre ivresse

Se faisait bien à deux dans nos plus beaux moments

Jai si peu de regrets mais tant de nostalgie

Dans tes regards si doux je my suis bercé

Et quand jarriverai vers la fin de ma vie

Toujours je veux chanter, aimer et être aimé,

 

Et quand jarriverai vers la fin de ma vie

Toujours je veux chanter, aimer et être aimé.

 

André Noiret

 

 

 

 

texte 17

 

Le grelot

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

Lon ne rencontre plus personne

Pour attacher un grelot

Au dénommé Rodillardot,

Car tout le peuple rat foisonne

De gens prudents et avisés ;

Pourtant le courage est prisé

Chez la plupart dentre eux ; on en verra lexemple.

Un jour quun grand conseil se tenait dans un temple,

-Dans un temple de rats, je mentends-,

Et quon vantait en chœur les faits darmes dantan,

Maître Rodillardot vint faire sa tournée,

Ruminant dans son âme damnée

Quel crime il pourrait accomplir ;

Puis, lassé de sa marche, il se mit à dormir.

Cest alors que lon vit un gros rat débonnaire

Soffrir pour attacher le grelot salutaire :

Lui seul approcherait mais, si le chat bougeait,

Tous iraient protéger savamment son retrait,

Détournant lattention de la bête surprise,

Offrant mille objectifs, pas de cible précise.

Ce projet plut beaucoup, lon fit serments ;

Le plan dattaque fut prêt en quelques moments.

       Notre héros savance,

       Ajuste le licou ;

       Mais, pendant son absence,

       Dans la troupe beaucoup

       Reculent : la prudence

       Reparaît tout à coup.

De sorte quà la fin de cette opération

Le recul est total, pleine la défection ;

Et, quand Rodillardot entrouvre la paupière,

Il voit son ennemi offert à sa merci

Et crac ! Dun coup de croc fait mordre la poussière

A limpudent raton délaissé par ses frères.

 

On dit que les humains nagissent pas ainsi ?

Yann Villiers

 

 

 

 

Texte18

 

St Jean-de-la-Chaîne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

Pierres après pierres

Prières après prières

 

Une enceinte solide

Et une porte lourde

Le ventre dune mère

Dont le berceau intime

Accueillerait les âmes

Du fond de leurs abîmes

Pour quencore la lumière

Vers demain les transporte

Et comble le grand vide.

 

Pierres après pierres

Prières après prières

 

Une rivière la cherche

Débordant de tendresse

Pour lui parler plus près

Des Hommes et du labeur

Des champs jusquau lointain

les blés sont en terre

Poussant jusquà lété

De moissons et de liesses

A la porte du Perche.

 

Pierres après pierres

Prières après prières

 

Des anneaux de mariés

Aux agneaux la candeur

Un clin dœil aux aînés

Elle regarde là-haut

Les églises élancées

Et la vie de château,

En toute humilité

Elle sait la valeur

De toutes ses années.

 

Pierres après pierres

Prières après prières

 

Si je ne sais pour lheure

Ce qui en elle mattire,

Ni quelle est cette chaîne

Qui saccroche à son nom

Pour garder son mystère

De Dieu elle eût ce don,

Et si les mots me viennent

Je vous dis le plaisir

Brigitte Capliez

 

 

 

texte 19

 

Mars 2007

 

Haut

 

 

 

Bien après léternelle ritournelle des étourneaux

Véga, Altaïr et Deneb sallument en triangle dété :

Balise des navigateurs interstellaires.

Deneb se cygne dune croix et Cassiopée dun W.

 

Dans un silence indigo, le ciel se cloute de pacotille.

Le vent tisse la nuit de ses ombres chantantes.

Jaime Mars : gemme dans les gémeaux !

 

Arcturus ruse à lhorizon dans sa course avec la

GRANDE OURSE : cerf-volant dun enfant-dieu !

 

Jupiter et son manège galiléen séclairent tel un signal de brume.

La lune libertine chemine : phare effarant pour les veilleurs détoiles.

Hertia-May

 

 

 

 

texte 20

 

Je te salue, Reine de la nuit

 

 

 

 

 

 

 

Haut

 

 

 

 

Je te salue

Astre éternel

Je viens, jentre dans ton monde irréel

Le vent du mystère me poursuit

Inhibe ma peur et mensorcèle

Je mavance dans ta clarté blafarde

Je tadmire, menivre de ta beauté

Je veux rester à te regarder toute léternité

Soudain une voix venue de nulle part me crie :

Prends garde, il est minuit

Lombre sépaissit, sétend sous la voûte étoilée

Dans les fourrés le démon tapi guette sa proie

De mon âme, il va s